Quantcast

DERNIERS COMMENTAIRES

  • Flux RSS des articles

LIENS

  • Famille Ducasse
  • Famille Fred et Marlène
  • Famille Dagicour
  • Famille Fabien et Carole
  • Site pour des voyages avec enfants
  • Site pour baroudeurs
Mercredi 23 mai 2012 3 23 /05 /Mai /2012 02:32

 

Du 25 avril au 3 mai 2012

Il y a des transports qui semblent long, très long et des lieux qui paraissent loin, très loin. C’est le cas des îles Togian, situées au centre nord de Sulawesi. Pour y parvenir, il nous faudra environ 3 jours de transport avec des attentes assez longues, mais comme le dit le proverbe : « quand on aime, on ne compte pas » !

31---Iles-Togian 0719Après 9 jours avec notre guide Topik pour nous chouchouter, retour à la réalité, nous devons porter nos bagages jusqu’au bus, puis vérifier que le chauffeur ne les charge pas sur le toit ou dans un endroit souillé dans le coffre. Nous sommes partis pour 7 heures théoriques, il nous faudra 12 heures en réalité pour rejoindre Pendolo depuis Rantepao. Après seulement 10 minutes de route, le chauffeur s’arrête devant son arrêt de bus pour monter d’autres clients et pour charger d’autres affaires. Tout ne tient pas dans les coffres, il faudra installer une bâche sur le toit pour caler tous les bagages.

Deux heures d’attente à rien faire, à tourner, à regarder les chargements, et ça y est, on part ……vraiment ! Mais c’est sans compter, comme quasiment 90% des transports que nous avons pris pour l’instant, l’arrêt gasoil juste après notre départ. Et oui, il n’aurait pas pu faire le plein avant ! Et un autre rituel peut en cacher un autre, après 2 heures de route, un arrêt de plusieurs minutes, voir quelques dizaines de minutes, pour se restaurer. Nous commençons à avoir l’habitude et ne sommes plus surpris de ces rituels, comme beaucoup d’autres touristes d’ailleurs. Nous sommes également coutumiers des problèmes mécaniques, 31---Iles-Togian 0728ce qui a été notre cas pendant ce transport puisqu’il faudra plus de 2 heures pour réparer la roue arrière lisse et interne gauche pour la remplacer par la roue de secours …….encore plus lisse ! A chaque virage, nous prions qu’une autre roue ne lâche pas pour ne pas se retrouver dans le fossé.

Enfin, nous arrivons, c’est l’essentiel, à notre seule guesthouse convenable dans Pendolo sur une route nationale quasi-déserte, et nous souhaitons juste manger un peu. Le restaurant de l’hôtel est déjà fermé, faute de clients, mais très gentiment, fasse semble t-il à notre désarroi perceptible, le manager décide de nous préparer un plat simple nasi goreng (riz + œuf) : il semble désolé, nous sommes très heureux ! La nuit sera bien méritée, bungalow face au lac immense de Pendolo. Heureusement que les enfants ont été cools pendant ce voyage, s’adaptant au rythme des imprévus, en pensant à leur futur bain dans la mer.

2ème jour de voyage, nous ne voulons pas partir de la guesthouse, le soleil rayonne superbement sur le lac et nous sommes seuls pour le petit-déjeuner. Nous sommes effrayés d’affronter la réalité, à savoir 5 heures théoriques de bus jusqu’à Poso, mais combien en réel ? Coup de chance, à la sortie de la guesthouse, nous faisons du stop pour s’amuser en se dirigeant vers la station de bus, une voiture s’arrête …..c’est pour nous ? Nous lui demandons si elle part vers Poso, ….oui ….et ils sont prêts à nous embarquer …. Alléluia ! Nous ne mettrons que 4 heures.

Arrivé en ville, nous sommes débarqués au centre ville, et après quelques minutes d’attente, un gros 4*4 blanc flambant neuf s’arrête à notre niveau pour nous proposer de nous amener au centre d’information touristique couplé aux services centraux politiques. Il s’agit du manager de ce centre qui nous accueille à bras ouvert avec thé et petits gâteaux, et surtout qui nous prêtera son véhicule avec chauffeur pour trouver un hôtel et pour organiser le transfert le lendemain jusqu’à Ampana.

Plutôt sympathique, il nous conseille le meilleur hôtel de la ville. Nous n’aurons pas le même avis lorsque nous découvrons les chambres délabrées, peintures détériorées, murs sentant le moisi, et les toilettes qui dégagerons une odeur de pisse toute la nuit. C’est la pire chambre que nous ayons prise pour l’instant depuis le début de notre périple, mais c’est le seul hôtel de la ville qui proposait un accès internet pour télécharger les photos pour le blog toute la nuit tellement le débit internet est lent. Nous mangerons pour moins de 6 euros à 4, avec le plat traditionnel non touristique dans un warung (petite échoppe pour se restaurer) : soupe de poissons, riz + poissons grillés. Le restaurant est plein d’indonésiens surpris de nous voir dans ce warung, et très contents de nous ramener à notre hôtel sous un déluge comme nous en voyons depuis le début de Sulawesi.

3ème jour de voyage, il nous restera 5 heures de bus le lendemain pour rejoindre Ampana, d’où nous prendrons le 31---Iles-Togian 0096« bateau rapide », enfin, appelé comme tel par les indonésiens, mais il s’agit d’un bateau de pêcheur avec un moteur de tondeuse ou de pétrolette surement, très lent (3 heures) et très bruyant : ça y est, il nous reste à bifurquer vers la droite avant d’atteindre l’hôtel. Nous espérons que ce dernier est bien car cela fait quand même 3 jours que nous voyageons pour l’atteindre. Certains diront que nous sommes un peu fous, mais en même temps, c’est vraiment grâce aux transports locaux que nous découvrons le mieux la vie locale des indonésiens.  

LE PARADIS : 31---Iles-Togian 0752nous découvrons une petite baie avec une dizaine de coquets bungalows implantés juste au pied d’une falaise, parmi des cocotiers très garnis et hauts. Ouah, en plus, l’eau est bleue turquoise, nous voyons les poissons et coraux depuis le bateau : les enfants sont enchantés, et Séverine et moi sommes bouche-bée et surtout le sourire aux lèvres pour profiter de ces quelques jours dans ce paradis terrestre. Nous sommes accueillis par toute l’équipe et la propriétaire Sylvie, une américaine qui tient ce site depuis plus de 15 ans, et qui a construit ce paradis « toute seule » (entendez sans mari mais avec des entrepreneurs locaux bien sûr).

Dès que nous arrivons, nous sommes installés à table avec d’autres touristes, un couple d’allemand qui resteront pendant 15 jours, et 2 jeunes français qui viennent d’arriver mais qui repartiront dans l’après-midi trouvant le lieu trop paisible. Il n’y aura pas d’autres touristes pendants ces quelques jours, nous allons être chouchoutés, choyés, enfin on l’espère. En tout cas, cela commence bien, le repas est très copieux sous forme d’un buffet, et la nourriture sera surtout très raffinée et variées. Aie, quelques chats sont présents, tournent autour de Séverine qui commence à paniquer (elle est « chatraphobe » !!!!!!) et à suffoquer tellement les chats sont moches. Sylvie est un peu la Brigitte Bardot des Togians, mais il est vrai qu’elle n’a pas récupérer les plus beaux chats ni chiens de l’île. Bon, fort heureusement, Sylvie comprend la panique de Séverine et demandera à son staff d’avoir toujours quelqu’un de présent pendant les repas pour les faire fuir : quelle classe !

Les bungalows sont aussi beaux les uns que les autres, les enfants dormiront, à leur grande joie (et la nôtre aussi d’ailleurs !), en haut au premier étage et nous serons en bas dans un grand lit douillé sous une moustiquaire comme si c’était notre lune de miel. Enfin presque car la nuit venant, nous enlèverons la moustiquaire tellement il fait chaud sous celle-ci, et nous aurons quelques moustiques ou bestioles qui viendront nous embêter de temps à autres. Mais entre mourir de chaud et se faire piquer un peu, la solution est vite choisie.

Iles Togian30Bon, vous l’aurez compris, il faut planifier nos activités pour les quelques jours que nous restons ici. Au programme, tout d’abord, du repos, puis un peu de snorkling et de plongée, et puis encore un peu de repos, et entre temps, comme vous le savez, il faut bien manger, boire, se laver et dormir. Donc les journées vont bien être chargées ! Quant aux enfants, bien ma foi, ils ont fait leur vie avec les enfants des employés pendant tout le séjour, et nous ne les avons quasiment pas vus, juste de temps en temps pour manger, pour mettre de la crème solaire ou pour se doucher et aller au lit le soir : le pied ! Hugo et Lisa auront trouvé un mini bateau avec lequel ils joueront pendant des heures et des heures. C’est fou comment des enfants peuvent s’occuper aussi longtemps dans la mer. Ils seront accompagnés régulièrement dans le bateau par leurs copains et copines, et profiterons de la mer au maximum comme nous leur avions promis.

Je voudrais aussi féliciter ma petite femme pour tous les exploits qu’elle a réalisés :

-       Elle qui avait peur de faire du snorkling il y a encore quelques mois est devenue une experte. Nous sommes partis sur l’ile en face quasiment pendant 2H30 aller-retour, affrontant un peu de courant, quelques algues au démarrage et surtout une profondeur de mer de quelques dizaines de mètres sans voir le fond. Elle priait pour qu’il n’y ait pas de requins qui viennent nous chatouiller nos pieds (j’aurais juste la main broyée non pas par un requin mais par la main de Séverine qui la serrera très fort !). Nous longerons la côte pour y apercevoir des langoustes, un serpent de mer et de merveilleux poissons : quel exploit pour quelqu’un qui ne sait pas nager soi-disant !

 

-       DSCN2050Elle qui avait toujours dit pendant des années « jamais je ne ferais de la plongée » s’est décidée à faire son baptême le dernier jour avant de partir, sans que je la pousse bien sûr ! Ce n’est pas sans appréhension bien sûr qu’elle le fera, et sans difficultés pour respirer et nettoyer le masque, mais le moniteur, Vladimir, sera très patient, et aura eu raison car au bout de 4 heures, elle l’aura fait : plonger à quelques mètres de profondeur pendant plus d’une demi-heure, découvrant les fonds marins : quel exploit pour quelqu’un qui avait la trouille soi-disant !

 

Je ferai, quant à moi, quelques plongées dont une de nuit, permettant de découvrir quelques beaux fonds marins et tombants, mais surtout le monde de la « macro » avec ses petites crevettes dans les anémones, ces petits crabes, ces petits poissons, et ces petits nudibranches (limaces de mer) de toutes les couleurs. Je me rendrais compte après que ce sont l’une des plus belles plongées que j’aurai effectué, et surtout quel bonheur d’avoir plongé tout seul avec Vladimir (1H20 par plongée), qui m’a fait découvrir le monde de laIles Togian3 macro car souvent, en plongée, nous ne voulons voir que des gros poissons mais ne voyons pas toutes les petites bestioles qui grouillent dans les coraux.

 

 Nous ne voulons pas partir, et pourtant, il le faut car un avion nous attend le surlendemain, nous sommes tristes de quitter ce lieu si formidable. Il est vrai qu’il est difficile d’atteindre ce paradis mais cela permet de préserver également ce lieu de la masse touristique. Nous partons sur un petit bateau pour rejoindre à quelques lieux le bateau public sur lequel nous retrouvons une foule d’indonésiens et également des poules et des chèvres. Tout le staff et Sylvie sont présents pour nous saluer, les enfants sont tristes de quitter leurs copains d’une semaine. Ce petit séjour a fait du bien à tout le monde, nous sommes repartis pour de nouvelles aventures.

31---Iles-Togian 0094

 

PHOTOS DANS DOSSIER « ILE TOGIAN »

 

 

 

Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés