DERNIERS COMMENTAIRES

  • Flux RSS des articles

LIENS

  • Famille Ducasse
  • Famille Fred et Marlène
  • Famille Dagicour
  • Famille Fabien et Carole
  • Site pour des voyages avec enfants
  • Site pour baroudeurs
Jeudi 12 avril 2012 4 12 /04 /Avr /2012 05:52

 

Du 22 au 28 mars 2012

Destination SABAH ! Euh, la plupart de vous me diront où cela se trouve ? Je vous l’avoue, nous ne le savions pas non plus avant de se retrouver dans cet endroit. En fait, il a été extrêmement difficile de choisir un parcours pour les 3 mois restants, la Malaisie et l’Indonésie proposant d’innombrables îles différentes, séparées les unes des autres de quelques centaines de kilomètres, obligeant à emprunter l’espace aérien ou/et maritime.

Kota-Kinabalu 0410Nous avons été contraints de sélectionner du coup seulement quelques endroits, et nous avons choisi Sabah, situé au Nord Est de Bornéo, appartenant à la Malaisie (Bornéo étant divisé en 2 parties, l’une appartenant à la Malaisie, l’autre à l’Indonésie). Cet endroit est réputé pour ses forêts primaires et sa jungle, pour ses montagnes et surtout le Mont Kinabalu à 4095m d’altitude et pour ses spots de plongée très réputés notamment à Sipadan.

Nous partons donc de Singapour par avion s’il vous plait, quelle classe ! Après avoir parcouru plus de 5000 km en bus, nous voilà pour la 2ème fois de suite dans un avion mais il faut l’avouer, les prix sont imbattables grâce à la présence de multiples compagnies aériennes et de charters (ce qui n’est pas le cas partout dans le monde !). Nous atterrissons après seulement 2H30 d’avion environ dans un aéroport situé à 7 km de la ville, et nous sommes débarqués à 21H par un taxi au centre ville devant une guesthouse où j’avais réservé une chambre la veille. Sauf que le matin de notre départ, cette même guesthouse m’a répondit qu’elle n’avait plus de chambre.

Autant dire que la miss Séverine, débarquant dans une ville inconnue et dans un nouveau pays à 21H, n’était pas très rassurée. D’autant plus que la ville est grande, très grande et nous ne pensions pas arriver dans une ville aussi développée à Bornéo d’après les dire de certains. Heureusement, après quelques minutes, la guesthouse où j’avais réservée, s’était arrangée pour me trouver un autre Backpackers (guesthouse pour routard) à quelques pas de là.

La chaleur est moins étouffante qu’à Singapour pour l’instant, peut-être due à la présence de montagnes aux alentours et de la présence de la mer entourant les côtes Nord et Est de Sabah. Séverine passe le lendemain à faire des devoirs et exercices à Hugo et Lisa, tandis que moi, je vais chercher le meilleur circuit pour notre séjour auprès de l’office de tourisme et de différentes agences.

Ouaah, après quelques heures passées avec différentes agences, nous sommes surpris des mêmes circuits proposés par les agences (à priori, seuls quelques investisseurs tirent leurs épingles du jeu en proposant des zones exclusives leur appartenant), et des prix pratiqués et affichés quasiment similaires dans toutes les agences pour la même prestation : le budget va exploser si on veut faire tout ce que nous souhaitons faire ! Kota-Kinabalu 0088

Mais de toute façon, il faut se rendre à l’évidence, il va falloir réserver à l’avance si nous voulons visiter du pays, et parfois bien à l’avance, et nous allons devoir mettre un peu plus de notre poche. Priorité tout d’abord à la montée du Mont Kinabalu (situé à 1H30 de Kota Kinabalu) car je sais qu’il faut réserver des fois quelques semaines à l’avance, un quota étant limité et défini. Yes, ça y est, j’ai une place une semaine (pas avant) pour un prix exorbitant. Bon ok, mais que va-t-on faire pendant quelques jours dans cette grande ville sans grand intérêt ?

Et bien, nous en avons profités pour découvrir la vie de cette nouvelle partie d’Asie, complètement différentes des pays que nous avons déjà parcourus. Le premier fait marquant, c’est le port du voile par de nombreuses femmes, mais pas toutes. Et oui, la Malaisie et l’Indonésie seront des destinations où la religion est à majorité musulmane. Mais ne vous y trompez pas, nous apprendrons que les femmes sont très actives à tous les niveaux de la société et tiennent une place prépondérante dans la famille également.

Le deuxième fait marquant, c’est que les Malaisiens parlent quasiment tous anglais. La Malaisie est une ancienne colonie britannique et a conservé l’anglais comme langage véhiculaire. Et ce n’est pas un anglais Singapourien où je n’y comprenais rien car ils assemblaient des mots sans trop les conjuguer avec un accent terrible.

Le troisième fait marquant, c’est le dynamisme du pays, et cela se traduit par une multitude de banques présentes et collées les unes à côtés des autres dans deux rues principales. Nous le remarquons aussi lorsque des complexes de plusieurs étages accueillent des centaines de magasins de vêtements, de chaussures, d’électroniques divers et variés, et de cosmétiques, avec des marques non des moindres comme Adidas, Nike, Apple, Vuitton, …

Les petits marchés nocturnes au bord de la mer sont très agréables (sauf l’odeur de la marée !) où sont vendus crustacées et poissons sur les étalages : on peut en choisir par nous-mêmes et les déguster directement sur place sur une petite table dans le marché, ou se diriger vers un des restaurants au bord de la mer qui propose les mêmes mets un peu mieux présentés.

Le lendemain, direction le village culturel Mari-Mari qui propose de découvrir les habitations et les traditions de plusieurs ethnies différentes dans la région. Nous aurons l’occasion de gouter à l’alcool de riz fabriqué sur place (imbuvable) et à un plat composé par nous-mêmes et cuit dans un Kota-Kinabalu 0116bambou. La visite est interactif, on me nomme chef de la tribu (il faut dire que je n’étais que le seul homme pour environ 10 femmes pendant la visite), et on me promet de me faire rencontrer un chef d’un village qui me couperait la tête si jamais je ne lui revenais pas, tradition oblige. Heureusement, lors de la rencontre, il m’a mis sa main sur mon épaule, signe d’amitié, qui m’a permis de participer au lancement des fléchettes avec une sarbacane (je m’y suis repris à 3 fois avant d’atteindre la cible). Un trampoline local fera le bonheur des enfants, avant de terminer la visite par un spectacle de danse et musique traditionnels. 

Comme j’avais eu de la chance de ne pas avoir la tête coupée, nous sommes donc parti pendant 4 jours sur une île paradisiaque dans le nord (2 heures de bus + 1H de bateau rapide) pour backpackers, c'est-à-dire pour routard car il existe des complexes hôteliers splendides dans d’autres endroits qui, comment dire, ne correspondaient vraiment pas à notre budget ! C’est pourquoi nous trouverons quelques fois sur cette plage des plastiques ou sandales ramenés quotidiennement par les vagues, mais nettoyés fort heureusement par le personnel de la guesthouse.  

L’île Mantanani est superbe, l’eau y est turquoise aux alentours, et est réputée pour des plongées extraordinaires. J’en ferai deux, où je verrais des tortues et une raie, des poissons clowns, des énormes méduses et chapelets d’oursins ….et surtout pour l’une un courant extraordinaire qui nous a poussé loin du rivage sans pouvoir lutter, et pour l’autre un problème d’air restant dans mon gilet ce qui m’a valu quelques coups de frayeur lorsque impuissant, je suis remonté d’un coup vers la surface. Le moniteur a dû me passer tous ces poids pour que je reste au fond (comme quoi, je ne suis pas si lourd que cela !).  Kota-Kinabalu 0188

Nous nous sommes baignés tous les jours dans cette eau turquoise à plus de 27 degrés, même Séverine qui n’aime pas trop la mer habituellement : à son grand désespoir,  elle prendra des coups de soleil bizarroïdes sur son corps, un mélange de rouge et de rose sur fond blanc ! Hugo et Lisa se sont éclatés : après 4 mois de voyage sans se poser une seule fois au bord de la mer, les voilà enfin dans un endroit où ils peuvent jouer dans le sable toute la journée et se baigner aux heures où le soleil ne tape pas trop.

On fera un peu de kayak où nous apercevrons quelques tortues qui remontaient à la surface, dans une eau un peu agitée par les vagues successives. Hugo, au devant du Kayak comme un capitaine, en fera les frais en étant éjecté de celui-ci lors du vague un peu trop forte. Vite, il faut le récupérer, c’est assez profond, il est 18H pour le coucher du soleil, on ne sait jamais avec les requins !

 Séverine, pendant ce temps-là, appréciera le coucher du soleil sur la plage pour vous prendre les plus beaux couchers du soleil, et s’amusera avec des enfants du village pendant plus d’une heure : moment d’émotion et de rire. Ils ne seront pas farouches jusqu’à ce que nous arrivions, ils ont eu peur à priori de nous voir arriver en troupe. Tant pis, Séverine gardera ce moment en mémoire pour elle toute seule. Kota-Kinabalu 0268

Les 4 jours nous aurons fait du bien, se poser sans rien faire et juste profiter, ce n’était plus dans nos habitudes. Nous profiterons des enfants pour jouer avec eux aux cartes, au ballon, à des jeux de sociétés. Lisa sera déçue de partir de cet endroit magique plein de sable de partout, et Hugo sera triste de ne pouvoir en profiter encore sur ce petit bout de paradis et de ne pouvoir revivre une nouvelle fois avec son papa du snorkling (masques et tubas) en plein milieu de la mer : « ne vous inquiétez pas, on y retournera bientôt ». 

 

PHOTOS DANS DOSSIER « KOTA KINABALU »

 

 

 


Ecrire un commentaire - Publié dans : Malaisie
Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés